Plan d'aménagement partiel "Zones inondables et zones de rétention"

Le développement de l’urbanisation est cadré par des facteurs naturels tels que la topographie, la conservation des forêts et des paysages naturels ou encore la réservation des surfaces nécessaires pour l’exploitation agricole. Par ailleurs, le développement de l’urbanisation est limité par des zones à risques dans lesquelles les constructions sont menacées par des risques naturels.

Les dernières inondations d’envergures ayant entraîné d’importants dégâts au Luxembourg ont eu lieu dans les années 1993 et 1995.

Les inondations n’ont en principe rien de particulier et font partie de la dynamique naturelle des fleuves et des rivières. Les zones inondables longeant les cours d’eau sont des aires de rétention importantes pour retenir les masses d’eau. Les inondations ne constituent un danger pour l’homme et ses biens qu’à partir du moment où l’on construit dans ces zones inondables. D’où la nécessité de réglementer la construction dans ces zones afin de prévenir des dommages évitables. Pour certaines communes à risque, des règlements grand-ducaux ont ainsi été pris sur base de la loi du 20 mars 1974 concernant l’aménagement général du territoire.

Plan d'aménagement partiel: "Zones inondables et zones de rétention" (, 914 KB)

Politique du Gouvernement en matière de prévention des inondations (, 135 KB)

Dernière mise à jour